La vapoteuse : l'alternative qui dérange.
27 novembre 2018


Depuis sa création, la vapoteuse gagne en popularité. Cette alternative à la cigarette a d’abord été conçue pour permettre aux fumeurs de choisir un moindre mal. Elle n’est donc pas inoffensive et sans risque. Elle n’a rien d’un jouet, d’un passe-temps ludique ou du dernier jeu vidéo à la mode.

Voyons ce qu’il en est au juste.

Quelques mythes à déconstruire

“C’est pas dangereux, c’est de la vapeur d’eau.”
Ça ne pourrait être plus faux. Le liquide vaporisé à haute température par l’élément chauffant de la vapoteuse est généralement composé à 90% d’un mélange de propylène glycol et de glycérine dans des proportions variables. Une plus grande quantité de l’un favorisant la saveur et de l’autre favorisant une quantité de vapeur plus importante. Le dernier 10% est composé d’alcool éthylique qui assure la fluidité du mélange, d’arômes, de nicotine et finalement d’eau. Vous comprendrez qu’une fois le mélange vaporisé, la quantité d’eau est négligeable, ne reste que les composés chimiques.

“Dans l’absence de nicotine, c’est pas dangereux.”
Cela dépend de votre tolérance au risque. Actuellement, le marché des vapoteuses n’est pas aussi réglementé que l’est le marché du tabac. Donc, rien n’oblige les fabricants à détailler avec précision le contenu de leurs mélanges à vaporiser qui pourraient contenir des résidus de nicotine qui ne sont pas mentionnés sur l’étiquette. Par ailleurs, si on le chauffe ou si on change son état, un composé chimique qui à prime abord est inoffensif, peut devenir dangereux. Les chercheurs du Roswell Park Cancer Institute de New York ont découvert que les quantités de benzaldéhyde, un ingrédient contenu dans les arômes de fruits naturels, étaient souvent plus élevées dans des liquides aromatisés vaporisés que dans la fumée d’une cigarette traditionnelle. Ce composé, pourtant considéré comme inoffensif si appliqué sur la peau ou avalé, devient irritant pour les yeux et les voies respiratoires une fois sous forme de vapeur. Il en va de même pour les ingrédients de base des mélanges, le propylène glycol et la glycérine. S’ils sont chauffés à plus de 150°C, ils génèrent du formaldéhyde, un cancérigène reconnu. Ils sont pourtant autorisés dans la fabrication de cosmétiques et de médicaments. C’est leur utilisation à long terme sous forme de vapeur dans les poumons qui pose des risques potentiels sur la santé qui restent toujours à évaluer. Nous sommes donc devant l’inconnu.

“C’est la nicotine qui crée une dépendance, pas ma recharge au fruit!”
Classée en 2017 au troisième rang des substances les plus addictives du monde par une équipe multidisciplinaire du Collège Royal de Psychiatrie du Royaume-Uni, la nicotine arrive tout juste sous l’héroïne et la cocaïne. Pour ce qui est de la recharge au fruit, ce n’est pas si simple. Nous avons déjà discuté de la composition de celle-ci et des risques physiques qui y sont associés. Une dépendance revêt toutefois plusieurs facettes. Elle est à la fois physique, psychologique et comportementale. Ce sont les deux derniers aspects qui nous intéressent lorsqu’il s’agit du geste de vapoter sans nicotine. Si porter à votre bouche une vapoteuse vous donne une image flatteuse de vous-même, vous procure un certain plaisir, une récompense (comme vous accorder une pause), vous stimule ou vous aide à gérer vos émotions (à vous relaxer par exemple), c’est l’aspect psychologique qui est en cause. Par ailleurs, le geste répété de vapoter plusieurs fois par jour crée une habitude qui peut devenir tenace. Également, les liens qui se créent dans votre cerveau entre le geste de vapoter et certaines actions, lieux, moments ou personnes peuvent susciter chez vous l’envie de vapoter. On parle alors de dépendance comportementale.

Ça vous semble farfelu? Sachez qu’il est bien établi aujourd’hui que les symptômes du sevrage lié à la nicotine s’estompent de 1 à 2 mois après l’arrêt du tabac, selon le niveau de dépendance. Cela dit, c’est de 6 à 12 mois qu’il vous faudra pour vous défaire de la dépendance psychologique. Les habituels conseils donnés aux personnes qui cessent de fumer, comme de mâcher de la gomme, des bonbons et de s’occuper les mains, servent à contrecarrer la dépendance comportementale. On devra compter plusieurs semaines, même des mois, pour remplacer ces gestes ancrés dans le quotidien et qui correspondent exactement à ceux du vapotage.

“Si on peut en acheter, c’est sûr que c’est légal.”
Faux. À l’heure actuelle, Santé Canada n’autorise pas la vente de vapoteuses ou de recharges contenant de la nicotine. Seuls les cigarettes électroniques et liquides de recharge aromatisées sans nicotine le sont, seulement si vous avez 18 ans et plus.

Au Québec, la vapoteuse, qu’elle utilise un mélange contenant ou non de la nicotine, est régie par les mêmes lois et règlements que le tabac. Sa promotion et sa vente sont interdites aux moins de 18 ans. Son utilisation est également interdite en tout temps à l’intérieur et sur le terrain des établissements scolaires de la province. À noter que le terrain de la polyvalente Mgr Sévigny se termine à la limite de l’emprise de la ville de Chandler, soit à 1,3 mètres (4 pieds) en bordure de la rue Mgr Ross. Si les règlements ne sont pas respectés, l’individu et l’institution sont sujets à des amendes. Tout d’abord, un mineur en infraction est passible d’une amende de $100. Ensuite, l’institution scolaire paie une amende allant de $500 à $12 500, puisque l’on considère qu’elle aura toléré l’usage du tabac sur son terrain. En cas de récidive, l’amende imposée à l’école peut être de $1000 à $25 000.

Veuillez également considérer l’article 14.4 de la loi québécoise de lutte contre le tabagisme qui interdit à une personne majeure d’acheter du tabac, une vapoteuse ou tout autre dispositif du même genre à un mineur. Si elle le fait, elle s’expose à une amende de 500 $ à 1 500 $ et, en cas de récidive, d’une amende de 1 000 $ à 3 000 $.

Une responsabilité collective

En ce qui nous concerne à la polyvalente Mgr Sévigny, nous regrettons que nous ayons à consacrer du temps et nos précieuses ressources financières à une situation pour laquelle notre capacité d'action est limitée et qui nous détourne de notre mission qui est de mener votre enfant vers la réussite. Nous faisons bien entendu de la sensibilisation auprès de nos élèves, vos enfants, mais les lois en vigueur doivent être respectées par tous.

Nous invitons donc les parents et les membres des communautés desservies par notre école à être vigilants et responsables. L’usage du tabac et des vapoteuses est interdit par la loi aux moins de 18 ans et ce n’est pas par caprice. Il en va de la santé et de l’avenir de nos enfants.


La direction et le personnel de la polyvalente Mgr Sévigny

Recherche et rédaction: Luc Gagnon



Références :

La cigarette électronique : État de la situation - Hélène Poirier, M. Sc.
(Institut national de santé publique du Québec) Mai 2013

E-cigarettes: Are we renormalizing public smoking? Reversing five decades of tobacco control and revitalizing nicotine dependency in children and youth in Canada - Richard Stanwick
(Canadian Paediatric Society) 28 février 2018

E-Cigarettes : A Scientific Review - Rachel Grana, PhD, MPH, Neal Benowitz, MD, and Stanton A. Glantz, PhD
(Circulation) 13 mai 2014

E-liquides pour cigarettes électroniques
(Office fédéral de la santé publique - Confédération Suisse) Janvier 2015

Alerte : 74% des e-cigarettes aromatisées provoquent des irritations - Marie-Céline Ray
(Futura Santé) 1er février 2016

E-Cigarette Use Among Youth and Young Adults - A Report of the Surgeon General
(U.S. Department of Health and Human Services) 2016

The five most addictive drugs on the planet - Erin Brodwin and Shayanne Gal
(Business Insider) 9 mars 2018

Comprendre la dépendance - Québec sans Tabac
(Conseil québécois sur le tabac et la santé)

Les différents types de dépendance
(Université de Genève - Centre de santé globale)

Différents types de dépendance
(CIPRET-Vaud et Tabacologie de la PMU de Lausanne ) 13 janvier 2014

Loi concernant la lutte contre le tabagisme - Santé et services sociaux
(Gouvernement du Québec) 30 novembre 2017

Loi concernant la lutte contre le tabagisme
(Gouvernement du Québec) 12 juillet 2018








Pour communiquer avec le webmestre du site internet, cliquez ici




vapotage
© 2018 Luc Gagnon / Polyvalente Mgr Sévigny. Tous droits réservés